Venez déguster les plus grands vins de Bourgogne

 

CARNET DE DEGUSTATION

Les vins du Domaine

 · Les Crémants :


Le Crémant rosé Extra Brut du millésime 2009 est puissant, vineux et fruité. « C’est une bête à concours » aime
à dire notre oenologue. Un grand rosé d’amateurs que l’on peut apprécier dès maintenant ou attendre encore.


Le crémant rosé 2008 est superbe. Il est à boire maintenant.


Le Crémant blanc du millésime 2009 est un vin dont l’équilibre se présente sous celle de ce millésime riche.


Les magnums de 2007 seront bientôt à la vente. Il faudra en profiter. Ils sont superbes.


· Les vins tranquilles :


2010 : Les blancs frais et bouqueté sont à boire ou a garder 4 à 5 années. Les rouges, distingués et velouté, sont
de purs vins de plaisir. Ils raviront les palais les plus délicats. D’un potentiel de garde de 6 à 10 ans suivant
les cuvées.


2009 : De la finesse, de l’élégance et de la puissance. Tous les vins sont d’un très beau niveau. Il y en a déjà
pratiquement plus. Vous qui en avez en cave, vous pouvez apprécier les blancs dès aujourd’hui ou les garder
encore 2 à 3 ans. Les rouges également très bons maintenant pourront vieillir 6 à 8 ans.
La Montée de Tonnerre est une exception, il faut la garder au moins 2 ou 3 ans.


2008 : Formidable pureté ! Les rouges comme les blancs sont des vins très purs, fins et riches, d’un grand
potentiel de garde. Déjà prêts à consommer. L’Âme des Dannots et la Cuvée Juliette peuvent attendre encore
5 à 6 ans.


2007 : Les blancs sont à déguster sur des fruits de mer cuits, des poissons ou des viandes blanches dès
maintenant et les rouges sont à leur apogée, sauf l’Âme des Dannots qui s’ouvre en ce moment pour notre
plus grand plaisir.


2006 : Les vins sont francs et précis. L’Âme des Dannots est aujourd’hui grandiose !


2005 : Millésime mythique. Les blancs doivent être bus, l’Epineuil rouge authentique et la côte de Grisey à
apprécier sans attendre. La Cuvée Juliette est encore à la vente. Il faut en profiter.


2004 : doivent être consommés. L’Âme des Dannots est superbe en ce moment! La cuvée Juliette est encore à
attendre


2003 : Toujours aussi extravagants et fruités ils doivent être dégustés maintenant.


2002 : Les blancs doivent être terminés. La cuvée Juliette peut attendre encore.


2000 : Les vins doivent avoir disparus dans la chaude poitrine du dégustateur.


1999 : La Cuvée Juliette peut encore attendre.


1998: les rouges sont à leur meilleur niveau. Partagez-les aujourd’hui.


1990 : Le rosé nous a livré une formidable surprise en début d’année. Il était superbe !


Le conseil :


Tous nos vins apprécient un passage en carafe, particulièrement les grandes cuvées.
Essayez de carafer les blancs, le terroir s’exprimera d’avantage.


Verser la « Cuvée Juliette » et « l’Ame des Dannots » de façon à bien aérer votre vin et laisser reposer 2 à 3 heures à
température modérée (13 à 16°).


Tentez l’impensable. Passez votre crémant rosé dans une carafe à blanc, laissez le au frais. Appréciez le 15 à 30
minutes après. Le résultat est probant. Votre vin gagnera en pureté, en finesse, la bulle se fera discrète et se fera
caresse au palais…

 


Bourgogne :


Vins du Morvan de mon ami François Ecot sans lequel je n’aurai peut-être jamais franchi la barre des vins naturels.
Ses vins rouges sont gourmands à souhait.


Marsannay clos du Roy 2010 de Sylvain Pataille. Un très grand, à attendre.


Mercurey 2009 Domaine Gouffier.

La bouteille est trop petite Charme chambertin 2007 Domaine des Beaumont. Une merveille actuellement.


Vosne Romanée 2003 Méo Camuset, puissant et fin.


Chambolle Musigny « Les Cras » 2001 de chez Roumier. Un régal.


Chambertin 1988 Jean louis Trapet. Exceptionnel


Bourgogne Chitry Olivier Demoor 2010. On en redemande.


Mersault Perrière 1993 JB Bouzerau extraordinaire


Chablis grand cru Preuses 2003 William Fêvre. Grand moment.


Beaujolais :


Morgon 2008 et 2009 Bourgaud. Je n’en ai jamais assez


Morgon 2009 Marcel Lapierre en magnum. La aussi, même les magnums sont trop petits !


Jura :


Trousseau, Poulsard 2009 et Chardonnay de Stéphane Tissot. Il faut que je retourne le voir. Il m’en faut !
Il faudra que je passe voir aussi les labet et JF Ganevat.


Savoie :


Mondeuse de chez Trosset. J’aime beaucoup. Il y a aussi celle de chez Magnien.


Vallée du Rhône :


Gramenon La Mémé. Un régal.


Croze Hermitage 1998 Cave de Tain l’Hermitage. Puissant, fin et digeste.


Sud :


Montpeyroux 1998 Fadat, une fraîcheur qui élève les arômes puissants de ce grand vin.


Saint Chinian de chez Vitarelle.


Bandol, mon préféré dans le sud. J’ai une passion pour le Mourvèdre. J’adore Tempier et d’autres.
Turner Pageot La rupture 2009. Une salinité délirante. C’est une super expérience.


Val de Loire :


Je n’en ai pas encore dégusté assez ! Si si c’est pourtant vrai.


Alsace :


Riesling clos St Hune 1993 : incroyable, il n’était pas bon avant son passage en carafe puis après deux heures, c’était
une merveille. Ca marche très bien avec l’Époisses.


Les vins de Chez Stirn, superbes.


Reste à déguster les vins des mes amis Bourguignons Jean-Louis et André Trapet.


Champagne :


La cuvée des Anges de de Lozey. Extrême finesse


Gimmonet, d’une régularité métronomique dans la qualité.


Tarlant, c’est grand !


Egly Ouriet il me plaira forcement puisque c’est le préféré de mon conseil en oenologie.
La liste n’est pas exhaustive. Je la complèterai régulièrement.